Un seul jour de dépenses militaires suffirait à freiner la faim dans le monde

20/04/2021

L’équivalent de 26 heures de dépenses militaires à l’échelle mondiale suffirait à financer les 5,5 milliards de dollars nécessaires pour aider les personnes les plus vulnérables de la planète, indique un ensemble d’organisations humanitaires.

Plus de 250 organisations non gouvernementales, dont Oxfam, publient aujourd’hui une lettre ouverte appelant tous les États à accroître de toute urgence l’aide humanitaire pour éviter que plus de 34 millions de personnes ne courent le risque d’être poussées au bord de la famine d’ici à la fin de cette année.

Pour Gabriela Bucher, directrice générale d’Oxfam International, « Les pays les plus riches réduisent leur aide alimentaire alors même que des millions de personnes souffrent de la faim, c’est un échec politique retentissant. Ces pays doivent de toute urgence revenir sur leurs décisions. Et nous devons nous attaquer aux causes fondamentales de la famine. La faim dans le monde n’est pas due à un manque de nourriture, mais bel et bien aux inégalités socio-économiques. »

En effet, un an après la mise en garde des Nations Unies contre des « famines aux proportions bibliques », les fonds fournis en réponse par les pays riches ne totalisent que 5 % de l’appel lancé par l’ONU pour 2021, soit 415 millions de dollars sur les 7,8 milliards réclamés pour lutter contre la faim dans le monde.

Les 5,5 milliards de dollars supplémentaires récemment réclamés par le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (ONUAA) équivalent aux dépenses militaires que l’ensemble des pays du monde effectuent en 26 heures. Par ailleurs, ce sont en tout quelque 1900 milliards de dollars qui sont consacrés chaque année à ces dépenses. Résultat, alors que de plus en plus de personnes sont contraintes de se coucher le ventre vide chaque soir, les conflits s’intensifient.

À la fin de l’année 2020, les Nations Unies ont estimé que 270 millions de personnes étaient confrontées à un risque très élevé de souffrir de faim aiguë ou en souffraient déjà. En effet, 174 millions de personnes, réparties dans 58 pays, se trouvent déjà dans cette situation et risquent de mourir de malnutrition ou de manque de nourriture. En l’absence d’une réaction immédiate, ce chiffre ne peut qu’augmenter dans les mois à venir.

Au niveau mondial, les prix moyens des denrées alimentaires sont au plus haut depuis sept ans.

Les conflits sont le principal facteur de faim dans le monde, suivis par les changements climatiques et la pandémie de coronavirus. Du Yémen à l’Afghanistan, en passant par le Soudan du Sud et le Nord du Nigeria, les conflits et la violence poussent des millions de personnes au bord de la famine.

Dans les zones de conflit, les habitant.es sont témoins de scènes dantesques liées à la famine. Dans le gouvernorat de Lahj, au Yémen, Fayda raconte : « Lorsque les travailleurs humanitaires sont arrivés chez moi, ils ont pensé que j’avais de quoi manger parce qu’ils ont vu de la fumée sortir de ma cuisine. Et pourtant, je n’étais pas en train de préparer un repas pour mes enfants. Je n’avais que de l’eau chaude et des plantes à leur donner, après quoi ils sont allés se coucher affamés. J’ai déjà pensé à plusieurs reprises à me suicider, mais je tiens le coup pour mes enfants. »

Au début de la pandémie de COVID-19, le secrétaire général des Nations Unies a appelé à un cessez-le-feu mondial pour concentrer tous les efforts sur la lutte contre le coronavirus, mais la plupart des dirigeant.es ont fait la sourde oreille. Les dirigeant.es de ce monde doivent trouver des solutions durables aux conflits, tout en permettant aux humanitaires d’accéder aux zones où sévissent ces conflits pour pouvoir sauver des vies.

D’après Ahmed Shehu, coordinateur régional du Réseau de la société civile du bassin du lac Tchad : « La situation ici est vraiment désespérée. 70% des habitant.es de cette région se consacrent à l’agriculture, mais ces personnes ne peuvent actuellement pas accéder à leurs terres à cause de la violence généralisée. Il ne leur est donc pas possible de produire des aliments. Cela fait des milliers d’années que les agriculteurs et agricultrices fournissent de la nourriture à la population. Maintenant, ces personnes en sont réduites à mendier. La perte de production alimentaire entraîne la perte d’emplois et de revenus, et les gens ne peuvent plus se procurer de la nourriture. Et nous, en tant qu’humanitaires, nous ne pouvons même pas nous rendre en sécurité auprès de ces gens pour les aider. Certaines et certains d’entre nous se sont risqués à se déplacer pour atteindre des communautés dans le besoin et ont été enlevés. Nous ignorons où ils se trouvent. C’est un dur contre-coup pour celles et ceux d’entre nous qui veulent désespérément aider. »

Notes aux rédactions :

● Consultez la lettre ouverte.
● En Afrique de l’Ouest, 27,1 millions de personnes pourraient être confrontées à une crise alimentaire dont 12,8 millions dans le nord du Nigeria d’ici juin-août. Cela représente une augmentation de 10 millions par rapport à juin-août 2020.
● Pour faire face à la crise alimentaire dans cinq pays du Sahel seulement (Burkina Faso, Mali, Niger, Tchad, Nigeria), le besoin de financement est estimé à environ 1,5 milliard de dollars. Seuls 5 % ont été reçus.
● Au premier trimestre de 2021, les bailleurs n’ont fourni que 6,1 % des 36 milliards de dollars demandés au total dans les appels humanitaires lancés par l’ONU pour l’année. Dans le domaine de la sécurité alimentaire, ce financement ne couvre actuellement que 5,3 % de ces appels, soit 415 millions de dollars, sur les 7,8 milliards de dollars demandés en tout. (En date du 7 avril 2021)
● Les calculs relatifs aux dépenses militaires sont basés sur le rapport 2019 de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm qui a estimé les dépenses militaires mondiales à 1 900 milliards de dollars.
● Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (ONUAA), les prix alimentaires mondiaux ont atteint en février 2021 leur plus haut niveau depuis sept ans.
L’étude réalisée par Development Initiatives sur l’impact de la pandémie de COVID-19 sur le volume d’aide humanitaire a révélé une baisse substantielle, en 2020, des engagements d’aide du Canada, de l’Allemagne, du Royaume-Uni et des États-Unis, ainsi qu’une légère baisse de la part des institutions de l’Union européenne (UE). Aucune donnée n’est disponible pour la France, l’Italie et le Japon.
● Les derniers chiffres disponibles sur l’étendue de la faim dans le monde datent de mars 2021 et proviennent du rapport Hunger Hotspots du PAM. En décembre, l’aperçu humanitaire mondial de l’ONU pour 2021 signalait que le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire aiguë pourrait atteindre 270 millions d’ici la fin 2020. L’ONUAA et le PAM ont repris cette estimation dans leur appel à l’action pour éviter la famine, lancé en février 2021.

Contact us

Presse francophone
Sotiris Gassialis
0494/13.56.78
sotiris.gassialis@oxfam.org

Presse néerlandophone
Belinda Torres Leclercq
0472/55.34.43
belinda.torres-leclercq@oxfam.org

Follow us

OH-magazine
Abonnez-vous au magazine trimestriel d’Oxfam-Solidarité. Envoyez-nous un mail à
oh-magazine@oxfamsol.be.

Twitter
Suivez-nous sur Twitter.