Les dégâts causés par le passage du typhon Rai aux Philippines sont estimés à près d’un demi-milliard d’euros

10/01/2022

Les Philippines peinent à se remettre des ravages causés par le typhon Rai qui a durement frappé l’archipel les 16 et 17 décembre derniers. Les terres cultivées et le matériel agricole ont été fortement endommagés et le bétail décimé, causant des dégâts évalués à 190 millions d’euros, auxquels viennent s’ajouter des habitations, des routes, des lignes électriques et des conduites d’eau détériorées ou détruites, des dégâts estimés lundi à près de 292 millions d’euros.

Plus de 420.000 hectares de terres agricoles ont été emportées par la puissance des flots, et pas moins de 925.000 maisons ont été endommagées ou détruites. Les principales cultures de base comme le riz, la noix de coco et la canne à sucre ont été anéanties dans certaines régions du pays. Altertrade, l’entreprise auprès de laquelle Oxfam Fair Trade se fournit en sucre de canne aux Philippines, rapporte que la quasi-totalité de ses 13 coopératives de canne à sucre ont été balayées par des pluies torrentielles et des vents violents.

Le secteur des pêches, qui revêt une immense importance pour l’économie des Philippines, en partie pour les citoyens les plus pauvres, essuie des pertes évaluées à 51 millions d’euros : bateaux de pêche, matériel et stocks de poissons ont été fortement touchés.

Lot Felizco, directeur national d'Oxfam Philippines, a déclaré : « La situation est tellement grave que notre personnel a trouvé des personnes mendiant des restes de nourriture à Bontoc, Padre Burgos, Tomas Oppus et Malitbog, villes les plus touchées dans le sud de Leyte ».  

Et d’ajouter : « Alors que le reste du monde entame une nouvelle année avec espoir, près de 7 millions de personnes ont perdu leurs sources de revenus et leurs habitations ont été détruites ou endommagées. 390.000 agriculteurs et pêcheurs ont vu leurs récoltes emportées par des rafales de vent atteignant 195 km/h, leurs bateaux de pêche détruits ou leur bétail tué. Ces personnes ont tout perdu ».

Petronilo Bohol, un pêcheur du village de Malitbog, dans le sud de Leyte, qui avait déjà été frappé par deux autres tempêtes avant Rai, a déclaré : « Nous vivons ici car notre seul moyen de subsistance provient de la mer. Nous avons sorti tous les bateaux pour les mettre en sécurité, mais les vagues les ont quand même emportés. Le typhon Rai était plus gros et plus fort que les deux précédents ».

Ramon Cabarrubias, un soudeur du village de Malitbog, dans le sud de Leyte, a confié à Oxfam : « Pendant la tempête, nous nous sommes réfugiés dans notre salle de bain. Le lendemain, nous en sommes sortis vivants mais complètement démunis. Mes outils et mon bateau avaient été emportés par les flots ».

Les Philippines, particulièrement vulnérables au changement climatique

Le typhon Rai a été le dernier - et de loin le plus puissant - des quinze typhons qui ont frappé les Philippines en 2021. Les scientifiques avertissent depuis longtemps que la hausse des températures mondiales, induite par une crise climatique provoquée par l'homme, fait que les typhons deviennent plus intenses et plus fréquents.

Oxfam s’était montrée très critique à l’issue de la COP de Glasgow en novembre dernier, notamment à propos du blocage par les pays riches du mécanisme de financement des pertes et dommages qui devait financer la reconstruction après des événements climatiques extrêmes liés au changement climatique. Non seulement les pays riches ont bloqué cette proposition, mais tout ce qu'ils ont accepté, c'est un financement limité pour l'assistance technique. Oxfam et des dizaines d’autres ONG avaient exhorté les pays riches pollueurs à honorer leurs promesses, non seulement de réduire les émissions de carbone afin d'éviter une hausse de la température mondiale supérieure à 1,5 °C, mais aussi de financer les mesures d'atténuation et d'adaptation - ainsi que les pertes et dommages – subis par les pays les plus pauvres et les plus exposés à la crise climatique.

En 2021, plus de 26 millions de personnes, soit près d'un quart de la population philippine, vivaient déjà sous le seuil de pauvreté. Un ménage composé de cinq personnes vit avec moins de 200 euros par mois. Les Philippins sont confrontés à des inégalités profondément ancrées, au ralentissement de leur économie lié à la pandémie et à des phénomènes météorologiques extrêmes exacerbés par le réchauffement climatique. Ces trois facteurs ont poussé des millions de personnes vulnérables au bord de la faim et de la pauvreté. 

Une récente enquête menée en 2021 a montré que 2,5 millions de Philippins ont connu la faim au moins une fois au cours des mois de juillet à septembre 2021.

Un financement humanitaire urgent est nécessaire pour fournir de l’aide alimentaire, rétablir les réseaux de distribution d’eau et pour aider les sinistrés à reconstruire leurs maisons, réhabiliter leurs cultures et reprendre leur activité économique. Oxfam aux Philippines a lancé un appel aux dons urgent visant à lever 4 millions d'euros afin de soutenir sa part de la réponse humanitaire collective dans le pays.

Notes aux rédactions

  • Photos, vidéos et témoignages disponibles sur demande.
  • Aperçu des pertes et des dommages subis dont les montants ont été chiffrés par le Département de l'agriculture. En date du 3 janvier 2022.
  • Les chiffres sur les pertes et les dommages aux infrastructures proviennent du Conseil national de réduction et de gestion des risques de catastrophes (NDRRMC).
  • Selon les données couvrant la période 2015 à 2020 de la classification intégrée de la phase de sécurité alimentaire, environ 54,9 millions de Philippins, soit 64 % de la population, sont en situation d'insécurité alimentaire chronique (IPC-Chronique niveau 2 et plus). On compte 14,5 millions de personnes au niveau 3 et 7,1 millions au niveau 4, soit un total de 21,6 millions de personnes en situation IPC3 et plus.
  • Le typhon Rai a déjà tué plus de 400 personnes, endommagé près de 830.000 maisons, déplacé plus d'un demi-million de personnes et laissé 6,8 millions de personnes dans un besoin humanitaire urgent.
  • Oxfam, en collaboration avec huit partenaires philippins, a déjà aidé plus de 38.000 personnes dans les communautés les plus touchées du sud de l'île de Leyte et des îles Siargao, en leur fournissant des colis alimentaires, du matériel de réparation, des kits d'hygiène, des couvertures, de l’eau propre, ainsi que des lampes solaires. Ils ont également fourni une aide financière « pré-désastre » à 2.650 familles de Samar Est pour les aider à se préparer au typhon.
  • Données sur la faim fournies par l'enquête sur la météo sociale (SWS) rapportées au 3e trimestre de 2021. http://www.sws.org.ph/swsmain/artcldisppage/?artcsyscode=ART-20211206105401
  • Les données sur les pertes dans les secteurs de l'agriculture et de la pêche proviennent du ministère de l'Agriculture des Philippines au 6 janvier 2022.

Contact us

Presse francophone
Sotiris Gassialis
0494/13.56.78
sotiris.gassialis@oxfam.org

Presse néerlandophone
Belinda Torres Leclercq
0472/55.34.43
belinda.torres-leclercq@oxfam.org

Follow us

OH-magazine
Abonnez-vous au magazine trimestriel d’Oxfam-Solidarité. Envoyez-nous un mail à
oh-magazine@oxfamsol.be.

Twitter
Suivez-nous sur Twitter.