La liste noire de l'UE doit pénaliser les paradis fiscaux, pas les pays pauvres

05/10/2021

Aujourd'hui, mardi 5 octobre, les ministres européens de l'économie et des finances se sont réunis pour approuver une mise à jour de la liste des paradis fiscaux de l'UE. Cette décision intervient en plein milieu du scandale des "Pandora Papers" et des négociations fiscales internationales. 

Chiara Putaturo, Experte en fiscalité chez Oxfam UE, a déclaré :

"La liste noire de l'UE devrait pénaliser les paradis fiscaux. Au lieu de cela, elle les laisse s'en tirer à bon compte. La décision prise aujourd'hui de retirer de la liste Anguilla, la seule juridiction encore en vigueur avec un taux d'imposition de zéro pour cent, et les Seychelles, qui sont au cœur du scandale des Pandora Papers, fait de la liste noire de l'UE une plaisanterie. Alors que l'enquête des "Pandora Papers" a révélé comment les super riches continuent d'utiliser les paradis fiscaux pour éviter de payer leurs impôts, on demande aux citoyens ordinaires de payer la facture de la crise sanitaire. 

"L'UE ferme les yeux sur les véritables paradis fiscaux tout en envisageant de mettre sur leur liste noire des pays à revenus faibles non-signataires de l'accord fiscal international qui devrait être conclu prochainement. Cet accord est injuste car il profite aux pays riches et ignore les besoins des pays pauvres. Au lieu d'utiliser la liste noire pour forcer les pays pauvres à accepter un accord fiscal injuste, l'UE devrait revoir ses critères pour cibler les véritables paradis fiscaux.

"Au cours des prochains mois, les gouvernements européens ont encore la possibilité de revoir la liste noire de l'UE. Doivent y figurer les états et territoires qui pratiquent une faible imposition et une imposition à 0%. Il faut également mettre en place des indicateurs capables de détecter les juridictions dans lesquelles les entreprises ont une fausse activité économique et exiger la transparence de leur véritable propriétaire. Sinon, la liste restera un outil de blanchiment qui permet aux entreprises les plus riches et les plus rentables de continuer à échapper à leur juste part d'impôts."

Contact us

Presse francophone
Sotiris Gassialis
0494/13.56.78
sotiris.gassialis@oxfam.org

Presse néerlandophone
Belinda Torres Leclercq
0472/55.34.43
belinda.torres-leclercq@oxfam.org

Follow us

OH-magazine
Abonnez-vous au magazine trimestriel d’Oxfam-Solidarité. Envoyez-nous un mail à
oh-magazine@oxfamsol.be.

Twitter
Suivez-nous sur Twitter.