Cyclones : Comment mieux anticiper les risques ?

26/02/2021

Avec un total de 7 tempêtes et 10 ouragans dévastateurs, 2017 a fait figure d’année noire dans la région des Caraïbes. Oxfam, HI et Plan International ont uni leurs forces afin d’améliorer la préparation aux catastrophes à Cuba et en République dominicaine dans l’objectif de diminuer les pertes de vies humaines et de moyens de subsistance.

Les ouragans Irma, Jose et Maria ont marqué la Caraïbe pour toujours. Les dégâts se sont chiffrés en milliards d’euros et le nombre de victimes a été établi à plus de 3.000 personnes.

Les météorologues étaient incapables de prévoir l’intensification rapide de ces cyclones majeurs. En l’espace de quelques heures, ils sont passés du stade de tempête tropicale à la puissance d'un ouragan de catégorie 5. L’ouragan Irma a même maintenu sa puissance de catégorie 5 pendant 3 jours, du jamais vu selon les experts, tandis que Maria a dévasté les infrastructures de la République dominicaine en une seule nuit.

Protéger les zones urbaines

Le bilan réalisé au lendemain de ces évènements météorologiques extrêmes par Oxfam, Plan International et HI, trois organisations humanitaires présentes dans la région depuis plus de 20 ans, a démontré qu’il reste beaucoup à faire pour aider les populations à se protéger contre les conséquences dévastatrices de catastrophes climatiques. Les trois ONG ont donc lancé en commun le projet « cerrando brechas » - littéralement « combler les lacunes », avec le soutien financier de l’Union européenne.

L’un des objectifs prioritaires des trois organisations humanitaires a été d’aider les autorités cubaines et dominicaines à combler leurs lacunes à répondre aux futures catastrophes, surtout dans les zones fortement peuplées de Saint-Domingue, Santiago de Cuba et de Guamá. De bons systèmes d’alerte permettent en effet d’anticiper la menace cyclonique et de prendre des mesures pour protéger la population et les habitations.

Des workshops organisés à l’intention d’expert.e.s prévisionnistes venu.e.s de Cuba et de République dominicaine leur a par exemple permis d'acquérir de nouvelles compétences en matière de gestion et de traitement des images satellitaires afin de réaliser un meilleur suivi des phénomènes météorologiques extrêmes, et d’observer les dépressions tropicales dès leur formation. À l’issue de l’atelier, ces compétences ont été transmises à d’autres expert.e.s dans le cadre de workshops organisés sur le sol cubain.

Ouragans et coronavirus : une double menace

La saison des ouragans débute chaque année aux alentours de juin. Les autorités locales ainsi que les agences humanitaires craignent désormais qu’une catastrophe climatique ne vienne s’ajouter à la crise sanitaire. Le coronavirus pourrait se propager facilement dans des abris d'urgence surpeuplés ou dans les camps accueillant des personnes déplacées où la distanciation sociale serait difficile à assurer.

Le projet « Cerrando brechas » a donc intégré ce risque peu après le recensement du premier cas de covid en République dominicaine en mars 2020 et nos équipes ont rapidement commencé à mener de vastes campagnes de sensibilisation à Saint-Domingue. Miguel Martinez, coordinateur du projet témoigne : « Des milliers de personnes ont été sensibilisées dans des quartiers à forte densité urbaine comme La Islita, Los Pinos, Los Platanitos et Los Coordinadores sur les mesures de contrôle existantes telles que le lavage des mains et la distanciation sociale. Nous avons également distribué des centaines de masques en tissu, des savons, du gel hydroalcoolique ainsi que des dépliants d’information sur le coronavirus ».

La réponse humanitaire déployée en Caraïbe a bénéficié du finacement de l'Union Européenne (Protection Civile et Opérations d'aide humanitaires européennes).